Introduction

    En ces temps troublés, la communauté scientifique est assaillie de toutes parts. D’un côté, divers pôles d’intérêt veulent se l’approprier en exigeant d’elle de l’innovation brevetable et commercialisable, du sensationnalisme médiatique, une bonne note au top-hit-parade de Shangaï, des réponses immédiates et sûres à tous les problèmes du moment, une expertise validant des préconceptions politiques du pouvoir, ou au contraire un activisme au service de ceux persuadés qu’on leur cache tout, voire que le peuple devrait décider des sujets à étudier ou ne pas étudier. 
    De l’autre côté, certains relativisent la science comme « une opinion subjective comme une autre », partisane voire en conflit d’intérêt généralisé avec le pouvoir et l’argent (tandis que « par nature » les associations « citoyennes » seraient forcément indépendantes, neutres et représentatives de la « demande sociale »), responsable de tous les maux de notre temps, ou pensent qu’avec l’accès facile à l’information aujourd’hui tout le monde est à même de trier et construire la connaissance scientifique.
    Depuis l’hiver 2013, une offensive vise plus particulièrement à faire entrer les « Sciences Citoyennes » au CNRS et dans la gouvernance des établissement d’Enseignement Supérieur et de Recherche en général, et à leur ouvrir crédits publics et participation des personnels.
    Nous, collectif de scientifiques, souhaitons par ce site contribuer à alerter collègues, politiques et citoyens des initiatives, discours et idéologies qui nous semblent toxiques pour la science.


Advertisements
En passant | Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.